Quantcast

La Mutuelle Familiale de l'Ile de France

Chaleur : comment reconnaître la déshydratation ?

22 juillet 2013

La déshydratation correspond à un manque d’eau et de sels minéraux dans l’organisme. Elle se manifeste sous différentes formes, notamment selon l’âge de l’individu concerné. Une sensation de soif intense, une sécheresse de la peau et des muqueuses peuvent en être des symptômes. Dans les cas les plus graves, elle peut entraîner un dysfonctionnement cérébral, voire la mort. S’il faut rappeler l’importance de s’hydrater régulièrement, voici les signes qui doivent alerter.

"L’état de déshydratation se traduit par un certain nombre de signes comme la bouche très sèche, une peau fripée, une constipation, une diarrhée ou des vomissements, une fatigue importante, des urines très colorées et très odorantes", peut-on lire sur le site du Programme national Nutrition Santé (PNNS).

Des personnes âgées fragiles

Certaines personnes sont plus sensibles à une déshydratation. Les nourrissons et les jeunes enfants, les personnes âgées et celles souffrant d’une maladie chronique. "Chez les personnes âgées, la sensation de soif est souvent retardée et peu marquée, ce qui est la cause de déshydratations souvent graves", explique l’Assurance-maladie sur son site Internet. "Si la déshydratation n’est pas compensée rapidement par un apport en eau suffisant, elle peut s’aggraver rapidement". Dans ce cas, une déshydratation grave correspond à "une diminution du poids supérieure à 5% du poids total de la personne. Lorsque cette perte de poids est supérieure à 10%, le bon fonctionnement des organes vitaux (cœur, vaisseaux, foie, cerveau, etc.) peut être compromis". D’autres signes doivent alerter, rappelle l’Assurance-maladie :

« une soif intense ; une bouche et une langue sèches ; un regard terne et des yeux enfoncés ; l’apparition d’un pli cutané (lorsqu’elle est légèrement pincée, la peau tarde à retrouver son aspect initial) ; une peau sèche, froide et pâle ; une fièvre ; des urines en faible quantité ; des maux de tête ; une désorientation, des vertiges ; des troubles de la conscience (malaise, étourdissements…) ; une modification du comportement (agitation, apathie, grande faiblesse…). »

Des tout-petits à surveiller de près

Les nourrissons de moins de six mois sont particulièrement fragiles. "Dans l’organisme d’un nouveau-né, l’eau représente 75% à 80% de son poids et 65% chez un nourrisson de plus d’un an", indique l’Assurance-maladie. Chez lui, la déshydratation peut survenir très rapidement. Voici les signes qui doivent pousser à consulter un médecin immédiatement :

Le petit « est anormalement apathique et dort beaucoup » ; Il « est difficile à réveiller et gémit » ; Il « a un comportement inhabituel » ; Il « est pâle et a les yeux cernés » ; Il « respire vite » ; Il « continue de vomir malgré l’ingestion de solutions de réhydratation orales (SRO) » ; Vous observez « une perte de poids de plus de 5% » ; Enfin, il « présente une dépression de ses fontanelles (elles marquent le creux du doigt) ».

Si vous avez des doutes, alertez votre médecin. Il est recommandé de boire 1 litre à 1,5 litre par jour, ce qui correspond environ à une grande bouteille d’eau par jour. Cette quantité doit être augmentée en périodes de grandes chaleurs. Buvez de petites quantités, tout au long de la journée et pensez également à varier les apports en consommant – ou en offrant aux enfants et aux personnes âgées, d’autres boissons que l’eau nature.

 

Ecrit par : Dominique Salomon – Edité par : Emmanuel Ducreuzet • Source : http://www.ameli.fr/, consulté le 22 juillet 2013 – http://www.mangerbouger.fr/pnns/, consulté le 22 juillet 2013

Retour